2000-05-20
Aranei-Orbis


Écriture

(Writing)


Florilège poétique par Le Grimaud

Le mystère de l'inspiration, la motivation du poète, ses doutes.

 
 
Un mot circule dans l'ombre
Et gonfle les draperies
Louis Emié, Le nom du feu, Gallimard 
 

Je crie pour les enfants perdus
J'écris

Je crie pour la femme éventrée
J'écris

Je crie pour le soleil qu'on souille.
J'écris

Je crie pour la ville qu'on brûle
J'écris

Je crie pour l'arbre assassiné.
J'écris

Je crie pour le rêve sans fond
J'écris

Je crie pour la planète folle
J'écris

de ne pouvoir crier.

Alain Bosquet 
Le tourment de Dieu 

 
 
 
La mer en nous essaye des phrases.

Depuis des lustres, la même voix épelle le même alphabet dans le même cerveau d'enfant. Elle balbutie des mots vite envolés, accrochés aux herbes des plages, à la peau brunie des baigneurs, à la proue des barques, aux mâtures. Des mots quelconques, pour rien et pour quiconque. Il n'y est question que de l'amour. C'est pourquoi nous ne savons trop dire et souffrons que le regard d'autrui s'attarde sur notre visage quand nous voudrions qu'il se pose à même notre cur. Nos lèvres sont si maladroites, notre corps invisible dans la nuit opaque, et nos mains malabiles, des éclairs ou des ailes pourtant au bout des doigts.

Jean-Michel Maulpoix 
Une histoire de bleu 

 
 
Poème,
cette convergence extrême
ou je, soudain, habite l'autre.
Jean Pache 

 
k
 
Poème,
cette convergence extrême
ou je, soudain, habite l'autre.
Jean Pache 
k

 
 
Dans le rituel d'un éclair, le travail devenait plus facile. J'étais étranger à ce travail. Je croyais puis je ne croyais pas à l'inspiration, mais des lignes finissaient toujours par faire un semblant de témoignage. À chaque ligne, des analogies, le parcours sinueux du symbole. Et le poème, par-delà. Surface lisse, lttérale, sans aspérités ni replis. J'ai traversé tout un jardin, en quête de planimétries rassurantes. Sur la table aujourd'hui, ce froissement de vocables. Je l'écoute avec les yeux. Comme un souvenir de feuilles, ou la promesse de ne pas mourir tout à fait.
André du Bouchet 
Le Nom et la demeure 

 
 
Tu ne peux t'arrêter en chemin, homme d'écriture ;  les vocables te l'interdisent et le livre, ô liures, ô livrades, contre l'âme solidement te serre.
Edmond Jabès 

Avant dire 9 in Yaël 


 
 

Florilège poétique par le Grimaud


Aranei-Orbis - Art des mots - Arts visuels - Art de vivre - Terre natale - Index - Nouveautés - Généralités - Contacts
©Aranei-Orbis - 1998 - 2000 - Toute reproduction, adaptation, traduction réservées.